Décembre 2016

NEWSLETTER N°15    

La clé de l’info

 

■ Edito

Le sur-mesure, un levier de croissance pour l’industrie 

Après la production en série, le sur-mesure et l’adaptation d’un produit à la demande d’un client sont des atouts et cela concerne tous les secteurs de marchés. Cette capacité d’adaptation est un fort argument de vente auprès des professionnels.
Nous avons choisi de jouer sur ce ressort en réorganisant nos processus de conception et de fabrication. Notre vision stratégique de développement s’appuie fortement sur la conception de produits innovants en complément du développement de produits standardisés. Cette année nous avons lancé un nouveau cadenas haute-sécurité et nous espérons sortir très prochainement un tout nouveau système de verrouillage sécurisé répondant à des marchés spécifiques. En parallèle, nous avons élaboré pour des industriels, des serrures sur-mesure adaptables à leurs équipements. 2017 pourrait s’avérer être un tournant pour notre entreprise.

Dans ce numéro, vous découvrirez nos dernières réalisations, nos projets en cours et quelques conseils avisés pour protéger du vol son vélo.
Il  me reste  à vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année pour vous et tous ceux qui vous sont proches.
Au plaisir de vous retrouver l’année prochaine.jean-noel_arlaud_cism

Jean-Noël Arlaud, Directeur Général


■ Quoi de neuf ?

Trophée de l’innovation Auvergne Rhone-Alpes 2016

logo_trophees_innovation_bref_2016Le 24 novembre dernier à la Maison Minatec à Grenoble a eu lieu la troisième édition des Trophées Bref Eco de l’Innovation.
Ce trophée récompense les entreprises de de la région Auvergne Rhône Alpes. Son principe est de faire connaitre les activités de ces entreprises innovantes auprès d’un public de cadres dirigeants d’entreprise et de collectivités.
CISM a participé pour la première fois à cette édition et a fait partie des trois finalistes de la catégorie Industrie. C’est l’entreprise Hexo Expert installée à Grenoble qui a été désignée lauréate.

https://www.trophees-innovation-bref.com/


■ Portrait…

Mathieu VALDARCHI, ingénieur d’affaires pour le groupe SNEF

Vous travaillez parfois sur des chantiers en conditions hostiles. Comment les produits CISM se sont-ils montrés meilleurs que les autres ?
mathieu_valdarchi_snef“Le Groupe SNEF est spécialisé depuis 1905 dans le domaine du génie électrique. Ses compétences vont de l’étude à la maintenance en passant par la conception, la réalisation, l’installation et l’exploitation, elles s’appliquent aux marchés de l’industrie, du tertiaire, de la marine, de l’énergie, des télécoms et des infrastructures.

L’agence d’Avignon intervient dans un domaine particulier, l’urbanisme, soumis à de nombreuses contraintes : intempéries, vandalismes, accidents, multi-utilisateurs, présence permanente du public, etc. Nous proposons à nos clients une expertise et un savoir-faire au niveau des systèmes de contrôle et de gestion de la voirie : bornes escamotables des zones piétonnes, régulation de trafic et signalisation lumineuse tricolore, vidéo-protection des espaces publics….

En tant que spécialistes, nous nous devons de présenter à nos clients des solutions durables qui visent à rendre nos villes plus sûres et « intelligentes » et sommes continuellement à la recherche de systèmes innovants et sûrs.

Les produits CISM nous ont paru être en parfaite adéquation avec ces exigences : facilité de mise en œuvre, durabilité et sécurité liées entre autres au fait que les serrures n’ont pas d’orifice, ni de pièce en mouvement soumise à l’usure. De plus sa clef unique multi-produit, non-copiable sans carte de propriété, et la possibilité de mettre  en place un organigramme pour hiérarchiser l’accès aux équipements (ce qui permet une gestion « intelligente » des accès), nous a séduit et a convaincu nos clients.”

Vos valeurs chez SNEF sont « le goût de la technique, du travail bien fait et le sens du service ». Retrouvez-vous ces valeurs chez CISM ?
baie“SNEF dans sa démarche d’accompagnement du client est toujours à la recherche de l’excellence, nous assurons par notre proximité et notre réactivité un haut niveau de service correspondant aux exigences de nos clients, de ce fait, il est nécessaire pour nous, de nous entourer de fournisseurs fiables, à la hauteur du service attendu.

À travers l’expérience de notre nouvelle relation avec CISM nous pensons pouvoir affirmer que l’ensemble des valeurs de SNEF se retrouve également chez CISM.”

 

De la prise de contact à la livraison, comment CISM vous a accompagné dans vos attentes (réactivité, conseils, écoute, tarifs) ?urbain
“Le Directeur commercial, Olivier BRUNIER a su être à l’écoute de nos problématiques et nous a proposé des solutions concrètes adaptées aux besoins de nos clients. Nous avons particulièrement apprécié la réactivité des équipes CISM quant au chiffrage.
Le prêt de matériel a également été un vrai plus, notre client a pu ainsi mieux appréhender les bénéfices du concept de serrure magnétique et a été facilement convaincu suite à la mise en situation réelle du produit.

Les livraisons ont été conformes à nos attentes et nos équipes de réalisation terrain n’ont pas rencontré de problème à la mise en œuvre des équipements que nous avions commandés. Tous ces éléments nous font sereinement envisager d’autres opportunités de collaboration avec CISM.”


■ Comment ne pas se faire voler son vélo ?

Voici quelques trucs et astuces pour éviter d’être angoissé à chaque fois que vous laissez votre vélo dans la rue.

> Conseil de base : Attacher son vélo
Cela semble être évident mais il faut savoir qu’un tiers des cyclistes n’attachent pas leur vélo à un point fixe. Pourtant c’est un principe de base fondamental, il faut attacher son vélo à un point fixe et solide. Mais il faut attacher à la fois le cadre de votre vélo et la roue avant qui se démonte plus facilement.

> L’antivol : un choix cornélien
Il existe sur le marché un large choix d’antivol, de l’attache légère à la panoplie de 10 kg. Selon la Fédération des usagers de la bicyclette (La FUB ), 95% des gens choisissent la première option et utilisent un antivol de mauvaise qualité.

Les différents tests des meilleurs antivols sur le marché, plébiscitent les antivols en U ou le boa, chaîne métal à serrure sécurisée, mais beaucoup plus cher. Pour accroître la bikedifficulté du voleur il est conseillé de placer le cadenas en hauteur, il sera alors plus visible que parterre à l’abri des regards.

> L’emplacement : Lieu de passage ou coin discret
Il y a deux écoles, beaucoup vous diront qu’il vaut mieux attacher son vélo dans un lieu fréquenté et illuminé. Attention pourtant certaines études montrent que la concentration de vélo, loin d’agir comme une protection, exercerait plutôt une forte attraction sur les voleurs de bicyclettes.

> L’astuce en plus
S’il y a un grand nombre de vélos volés, beaucoup sont retrouvés et ne peuvent être rendus à leur propriétaire.

Le marquage Bicycode, mis en place par la fédération des usagers de la bicyclette, permet de répertorier votre deux-roues dans une base de données nationale. En cas de vol, les forces de l’ordre ont un fichier de vélos volés afin de faciliter la restitution.
De plus le marquage indélébile semble décourager les voleurs, seul 3% des vélos marqués en France sont dérobés au cours de leur vie, alors que le vol touche entre 13% et 23 % du parc des vélos classiques.


■ Et aussi…

Sécurité : Les outils de reconnaissance bientôt dans les musées

morphoLes attentats du 13 Novembre 2015 ont fait de la sécurité un enjeu majeur. Jusque-là les musées n’étaient pas considérés comme des lieux sensibles, mais aujourd’hui se pose la question de leur sécurisation. Certaines technologies déployées dans les sites sensibles tels que les gares ou les aéroports pourraient bien faire leur entrée dans les musées.
Morpho, filiale du groupe Safran, propose deux technologies de reconnaissance. La première permet dans un flux de vidéosurveillance, de reconnaître en temps réel un élément recherché (un visage, un objet…) et d’émettre une alarme. Son point fort ? Sa réactivité. Ce système peut intégrer très rapidement une image dans la base de données et faire gagner un temps précieux aux forces de l’ordre.

La deuxième technologie proposée est le Morpho Vidéo investigator, un outil d’analyse en différé. Cet outil permet d’exploiter des vidéos de différents systèmes (IPhone, caméra fixe,..) pour analyser des détails intéressants comme les traits d’un visage ou le contour d’un objet. Le gain de temps est très significatif. Au lieu de 10h de visionnage pour suivre le parcours d’un suspect, cette technologie réduit cette recherche à 1h. Selon Samuel Vinson, directeur des programmes sites sensibles « Les technologies de reconnaissance faciale sont des premiers éléments de dissuasion et de prévention pour des sites sensibles type musées. Mais ils ne sont bien sûr pas suffisant et doivent être couplés à une présence d’opérateurs qui assurent le contrôle et la surveillance des flux de visiteurs.